Le Bestiaire enchanteur de Philippe Berry

bestiaire enchanteur de philippe berry

Présentées à La Butte jusqu’au 20 octobre, les œuvres de l’artiste Philippe Berry ne laissent jamais le visiteur indifférent. Évocateur du monde de l’enfance, ce bestiaire imaginaire peuplé d’éléphants, de dinosaures et de nounours aux postures inattendues, multiplie les clins d’œil avec la mémoire de chacun.

philippe et Marylou Berry
Philippe et Marylou Berry

Ce fut l’événement du mois de mai à La Butte, établissement qui n’en finit plus de faire l’événement dans le Finistère. Accompagné de sa fille, la comédienne Marilou Berry, Philippe Berry a séduit les invités du vernissage qui levait le voile sur son exposition réunissant quelques-unes de ses œuvres produites durant les vingt dernières années. Une vingtaine de sculptures dont la plus grande – un arc-en-ciel – trône dans le jardin de l’hôtel, quelques aquarelles et quatre lithographies réalisées pour l’exposition, ont convaincu les visiteurs de la force d’une œuvre unique dans le monde de l’art contemporain actuel.

Un univers profond, intime et singulier

bestiaire enchanteur de philippe berryUn éléphant assis sur son socle tenant au bout de sa trompe un ballon rose prêt à s’envoler, un monumental arc-en-ciel multicolore que l’on dirait fait de pâte à modeler, trois nounours en bronze en équilibre, un petit Pikachu, des catcheurs de toutes les couleurs… Plus loin, un bonhomme sur des roulettes, un autre, plus grand, faisant le poirier… Tout semble être dit : l’univers sculpté de Philippe Berry nous rappelle inévitablement quelque chose de profond, d’intime et de familier. Il séduit d’emblée ceux qui n’ont pas relégué leur enfance au fond des oubliettes de la vie. Et encore, même ceux-là ne sont pas préservés tant au premier regard, l’insouciance des premières années pavées de dessins spontanés et de pâtes à modeler aux formes improbables, remontent à la surface. L’artiste s’amuse devant l’étonnement de ses visiteurs rapidement déstabilisés face à des codes d’expression oubliés ou tout simplement mis de côté. Des codes évoquant aussi l’Antiquité et sa mythologie fantastique. En choisissant le bronze comme médium de prédilection, Philippe Berry y fait clairement référence. Il ne manque dans son atelier que la bande-son d’une fête foraine, les parfums de gaufres et les rires d’une cour de récréation. Mais ce serait trop nostalgique et ce n’est pas le chemin qu’explore depuis une trentaine d’années cet artiste singulier.

Des sculptures qui nous racontent une histoire

Chez Philippe Berry, le monde de l’enfance, ses facéties, sa fraîcheur, ses super-héros et son caractère éphémère mais aussi universel, servent de support à une démarche un peu plus complexe, en tout cas moins innocente. Car si le monde de l’artiste est rempli d’effigie aux formes enfantines, à y regarder de plus près, cette insouciance faussement naïve nous parle également d’un autre monde, celui des adultes et de leurs rêves brisés, du temps qui passe et rend sérieux. Poli, Philippe Berry s’intéresse aux commentaires et laisse volontiers le spectateur se raconter lorsqu’il lui confie ce qu’il devine derrière une de ses œuvres. On est en face d’un artiste qui écrit des petits scénarios et vous laisse libre de les compléter, voire de les détourner.

Une dualité passionnante

Mais le monde de l’enfance est aussi pour Philippe Berry, au-delà du discours et de sa forme ludique, un alphabet à partir duquel l’artiste exprime un sentiment d’adulte. Il y a une dualité passionnante dans cette œuvre qui repose sur plusieurs points. Le premier vient sans doute du regard porté sur l’anodin qui reste un regard d’homme avec son vécu, ses cicatrices, son questionnement sur la vie. Le second point vient de la forme, de la démesure donnée aux objets réalisés par Berry, en installant par exemple sur le Grand Parc de la ville de Saint-Ouen, son Arc-en-ciel de dix mètres sur trois. “Le fait d’agrandir change le regard porté sur les choses, commente-t-il. C’est pour cette raison que j’ai souhaité agrandir des soldats de plomb. On a l’habitude de voir de véritables armées dans les chambres des petits garçons, mais subitement, en développant l’une des figurines, ces mêmes soldats, sans que l’on intervienne, prennent une autre dimension.” Pour l’artiste, la création est non seulement un regard porté sur l’anodin, mais aussi sur l’émotion. Le contexte enfantin est un terrain favorable puisqu’il permet à chacun de s’attendrir spontanément en s’y transposant avec délice. Dès lors, la rencontre avec une œuvre de Philippe Berry est un moment rare puisqu’il s’agit d’un retour à l’innocence des premières années. Précieuse, cette confrontation ouvre les portes d’un monde où la poésie et l’absence de préjugés facilitent le récit et l’introspection.

La couleur en plus

Depuis le milieu des années 2000, la couleur s’est invitée dans les sculptures de Philippe Berry. Et si le bronze reste le matériau de prédilection de l’artiste, il s’est depuis libéré de la seule patine, pour introduire via des peintures chromées, des pointes de couleurs étincelantes qui ajoutent à la féérie. On s’éloigne un peu de l’Antiquité pour s’intéresser aux contrastes. L’enfant chez Philippe Berry, a incontestablement un peu grandi en trente ans. Après Pikachu, les super-héros ont succédé aux coffres à jouets et aux panoplies de Zorro ; les sculptures de Berry sont ainsi devenues des jeux d’adultes auxquels on ne demande plus de ranger leur chambre. Elles s’exposent en évidence comme autant de pieds de nez.

Tous les jours de 9 h à 18 h

La Butte
12 rue de la Mer

29260 Plouider
Tél. 02 98 25 40 54
info@labutte.fr
www.labutte.fr
www.philippe-berry.com

Une exposition organisée en partenariat avec la Fondation Dana

L’exposition “Jeux de Ballons” fait suite à l’atelier créatif “À fond les ballons”organisé en mars dernier à l’initiative de la Fondation Dana. À cette occasion, Philippe Berry s’était rendu au centre de rééducation fonctionnelle de Ty-Yann à Brest pour y animer un atelier d’ouverture au monde de l’art. Avec les équipes du Centre Ty-Yann (Fondation Ildyss) pour permettre aux enfants de plonger dans l’univers à la fois enfantin et universel de l’artiste, cette rencontre enrichissante a été l’occasion unique de faire cohabiter des univers qui se côtoient trop peu, et ainsi mettre en lumière, l’enfance dans toute sa diversité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here