Seychelles : paradis de la slow attitude

Seychelles Source d'Argent

Archipel à forte valeur idyllique ajoutée, les Seychelles méritent leur réputation riche en superlatifs. Les plages, la flore, la faune, les fonds marins et une infrastructure hôtelière haut de gamme : Tentation vous invite à mettre le cap sur Mahé et sa nature remarquable.

Destination emblématique du voyage de noces, il serait dommage de réduire ces îles paradisiaques, véritable concentré de vues idylliques, à ce seul motif. Encore moins à cette idée reçue : “aux Seychelles, il n’y a rien à faire”. Même si l’on peut évidemment cocher la case farniente avec bonheur, choisir de rêvasser en regardant la mer, l’horizon et le soleil couchant, tout en savourant un cocktail salvateur. Des paysages de rêve, de carte postale, des randonnées ou des explorations à la découverte de la nature, d’espèces uniques au monde… les Seychelles sont un petit paradis sur terre. Et ce n’est pas un cliché !

L'Anse Source d'Argent, l'une des plages les plus visitées au monde
Anse Source d’Argent

Mahé, l’île principale, entre mer et relief

Après dix heures de vol de nuit depuis Paris, atterrissage au petit matin sur l’une des plus belles îles du monde, trop souvent injustement snobée et boudée au profit de Praslin. Avec environ soixante-dix plages annoncées, Mahé regorge de superbes formations rocheuses, gros blocs de granit polis par l’érosion. L’île foisonne aussi d’une luxuriante végétation tapissant son relief montagneux dont le sommet culmine à 930 mètres. Avec ses 150 km², 27 km de long et 7 km de large, on peut en faire le tour en une journée, mais au pas de course et sans profiter vraiment de tout ce que l’île a à offrir aux visiteurs.

À commencer par ses eaux turquoise, limpides et cristallines qui lèchent suavement le sable fin d’un blanc éblouissant le long de plages souvent quasi désertes, qu’elles soient enchâssées dans l’échancrure d’une crique, posées le long de la route, visibles au détour d’un chemin, d’un virage… Partout des palmiers, comme assoiffés par le soleil, tendent leur cou vers l’océan. Les plages où vous ne verrez pas une âme sont légion. D’autres, plus touristiques, accueillent des infrastructures pour occuper enfants et ados. Aller d’une île à l’autre sera l’occasion de se frotter à des paysages uniques, des trésors écologiques.

Victoria et Mahé du nord au sud…

Le bazar de Mahé
Le bazar de Mahé
Bazar de Mahé
Il émane du marché, des senteurs exotiques, des couleurs vives, des tas d’épices et produits locaux…

Ce n’est pas à Victoria, minuscule capitale, que vous exploserez votre budget en faisant du shopping. Les grandes marques de couture et de cosmétologie brillent par leur absence. En revanche, une balade gourmande au marché s’impose. Surnommé “le bazar” – c’est tout dire – il en émane des senteurs exotiques, des couleurs vives, des tas d’épices et produits locaux terre et mer… Admirez non loin de là, la tour de l’Horloge édifiée en 1903 en hommage à la reine Victoria, reproduction miniature de Little Ben près de la gare Victoria à Londres. Une sculpture monumentale au cœur de la ville représente les trois continents dont le peuple seychellois est originaire : l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Aux Seychelles, chacun son culte : ici la cathédrale catholique, là le surprenant temple hindou au toit sculpté multicolore, véritable bijou architectural venu du sud de l’Inde mais encore l’Église adventiste, une mosquée, la cathédrale anglicane… Incontournable, le restaurant Marie-Antoinette est le plus réputé de l’île, représentatif de la cuisine créole et autres spécialités seychelloises.

Avec un budget serré en poche, on s’en va au petit bonheur la chance et en voiture, on s’arrête de guest house en chambre d’hôtes où l’accueil sera plus ou moins chaleureux. Qu’importe, rien ne vous empêche de reprendre votre véhicule dès le lendemain (attention, on roule à gauche, souvent sur des routes en lacets) pour partir à la découverte d’un autre lieu d’hébergement. Les Seychellois ont leur fierté. Celle d’être les descendants d’anciens esclaves et pirates. Quand ils vous ont en sympathie, ils vous donneraient leur chemise !

Rêve d’hôtel

Banyan Tree

Quitte à choisir un hôtel cinq étoiles, les yeux fermés, choisissez le Banyan Tree sur la côte est. Toutes les chambres ont leur piscine et une terrasse à minima. Celles qui s’accrochent à la colline sont habilement dissimulées par une abondante végétation si on ne voit rien de l’extérieur, de l’intérieur, elles dominent l’océan et ses dégradés de bleus à l’infini. Le must reste cependant les villas cernées de verdure en bord de mer. Là encore, depuis la magnifique plage de sable blanc, on ne voit rien, sauf vos transats, rien que pour vous, face à la mer… Vous les rejoignez par un petit chemin de sable qui dessert votre luxueuse villa dotée d’une vaste terrasse, d’une piscine et d’un jacuzzi extérieurs ; le kiosque ouvert avec fauteuils, canapés et table basse fait office de salon… Trois restaurants sont proposés au Banyan Tree mais pour prolonger le rêve, vous pouvez prévoir un barbecue généreux le soir sur votre terrasse. Avant l’heure du dîner, on viendra l’orner de fleurs, joncher le sol de petits photophores…
www.banyantree.com/en/em-seychelles

 

Entre les plages et le parc NationalTortue seychelles

Même si les plages font la fierté de l’île, on évitera les répétitions descriptives pour n’en évoquer que quelques-unes. La star, Beau Vallon, au nord de l’île, s’étend sur trois kilomètres de sable blanc et accueille de nombreuses activités nautiques, des bars, restaurants… Au nord également, la ravissante plage abritée de Port Launay où se côtoient locaux et touristes en pédalos.

C’est également au nord de l’île, en sortant de Victoria par la route de Sans Soucis que vous pourrez accéder au parc national du Morne Seychellois. Il occupe 20 % de l’île. Montagneux, il cache des merveilles indigènes dans sa forêt luxuriante, dense et tropicale. Parcouru de sentiers pédestres bien balisés, le site offre d’éblouissants panoramas sur l’océan. Le long du chemin, vous entendrez le cri strident de la plus petite grenouille du monde avec peu de chance de l’apercevoir puisqu’elle ne mesure qu’un centimètre !

Le sud serait plus authentique. Il offre le choix entre de grandes plages comme l’Anse Marie-Louise sur la côte ouest, ou des plages quasi désertes comme l’Anse Intendance sur la côte. Derrière sa riche végétation, se cache le superbe Banyan Tree (voir encadré). Ce complexe hôtelier se trouve dans le district de Tamaka où poussent les arbres éponymes, rarissimes eux aussi.

Valérie Faust

Praslin et Curieuses : îles érotiques

Curieuse IslandDeuxième plus grande île de l’archipel, Praslin se trouve à quarante kilomètres à l’est de Mahé. On la rejoint en petit avion en quinze minutes (plusieurs vols A/T par depuis l’aéroport international) ou encore en bateau en quarante-cinq minutes environ. Elle se parcourt en moins d’une heure (4 km de large et 11 km de long). Au large de L’Archipel, ravissant hôtel quatre étoiles, un îlot rocheux qui se rejoint en petit bateau regorge d’incroyables bancs de poissons multicolores évoluant nageoire contre nageoire dans un ballet parfaitement synchronisé et surréaliste.

coco de mer

Son relief est moins accidenté que celui de Mahé, mais Praslin demeure célèbre pour sa barrière de corail, ses formations granitiques, ses plages majestueuses, ses anses merveilleuses, ses petites baies pour robinsons mais également pour sa magnifique vallée de Mai, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. C’est là que pousse le cocotier de mer qui peut atteindre trente mètres, les organes mâles et femelles – véritable curiosité – se trouvant sur des arbres séparés. En effet, les cocotiers femelles produisent la plus grosse graine du monde (une vingtaine de kilos) de rarissimes cocos de mer surnommés “cocos fesses” en raison de leur forme très particulière et parfaitement évocatrice (l’arrière ressemble à un postérieur, l’avant au bas-ventre féminin). Il s’agit d’une espèce rare désormais protégée, que l’on ne trouve qu’aux Seychelles. Encore plus suggestives et pudiquement ignorées, les gigantesques tiges phalliques portant les fleurs des cocotiers mâles… Et la nature suit son cours puisqu’il est désormais prouvé que les arbres dans les forêts sont sexués, distillent des graines alentour afin de se reproduire… Tout aussi rare, le perroquet noir des Seychelles évolue cette forêt vierge tropicale et humide, chapeautée d’un toit dense formé par les feuilles des hauts arbres qui empêchent le soleil de la pénétrer.

 

Un peu d’histoire
Missionné par Mahé de La Bourdonnais, gouverneur de l’île de France (aujourd’hui Maurice), Lazare Picault débarque à Anse Boileau et nomme l’île… Mahé. Il n’aurait pas, comme cela se dit par ailleurs, mis pied à terre à Baie Lazare… Quatorze ans plus tard, le roi de France revendique officiellement Mahé et ses îles de proximité. En 1768, Praslin est à son tour accordée aux Français et baptisée du nom du ministre de la marine de l’époque : le duc de Praslin. Quant aux îles Curieuse et La Digue, elles portent les noms des navires qui mouillèrent dans leurs eaux. En 1770, les premiers colons venus de l’île Maurice investissent Sainte-Anne qu’ils abandonnent ensuite pour s’installer à Mahé,
à quelques encablures.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here