Buffet – Bergé : In the mood for love

Bernard Buffet, Pierre Bergé, 1950, Collection Pierre Bergé © cliché Dominique Cohas – ADAGP Paris, 2018

Portrait, nature morte, nu et paysage, tels sont les genres abordés par Buffet à ses débuts au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Le graphisme est incisif, le trait anguleux, les formes cernées d’un noir profond et la palette restreinte. Une formule magique qui lui vaudra rapidement l’intérêt des amateurs d’art, alors que la tendance glisse inexorablement vers des sujets abstraits. La plupart des tableaux présentés au musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence ont été offerts par l’artiste à Pierre Bergé.

La production de ces années est féconde, le collectionneur lui ouvre la porte de son cœur comme celles de l’intelligentsia parisienne jusqu’à en faire la coqueluche du Tout-Paris. Il rédigera même en 1958, année de leur rupture, la toute première monographie consacrée à l’artiste. Pour notre plus grand bonheur aujourd’hui, on peut imaginer que c’est par fidélité à ses premières amours, que les œuvres échapperont à la dispersion, lors de la grande vente Bergé – Saint Laurent réalisée par Christie’s en 2009…

Yannick Le Guillanton

Bernard Buffet, Autoportrait sur fond noir, 1956, Collection Pierre Bergé © cliché Dominique Cohas – ADAGP Paris, 2018

Bernard Buffet – Collection Pierre Bergé
Musée Estrine

Jusqu’au 23 septembre
www.musee-estrine.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here